UGS : 55 Catégorie : Étiquette :

No 55 – Cinéma

CHF 25.00

Effacer

Description

La rédaction d’une préface pour ce numéro spécial consacré au cinéma dans l’arc jurassien, et à Bienne en particulier, est pour moi une sorte de retour aux sources. D’une part grâce à à la programmation de raretés cinématographiques récemment restaurées ou sauvegardées par la Cinémathèque suisse, histoire de rappeler qu’un des tout premiers exploitants de cinéma dans notre pays, Georges Hipleh-Walt, était un Biennois. D’autre part, en raison de mon propre passé.

Il y a quarante-quatre ans, j’étais un jeune écolier du Progymnase de Bienne, déjà fasciné par le cinéma que divers séjours à l’étranger m’avaient permis de découvrir (en Suisse, les salles obscures étaient alors interdites aux moins de 16 ans, les saynètes de Heidi et de Disney exceptées). Garçonnet incorrigiblement rêveur, la tête pleine d’images de Gene Kelly en D’Artagnan livrant la troublante Lana Turner – alias Milady – à la hache du bourreau, ou de Jack Palance en sanguinaire Attila, je découvris sur le chemin de l’école (encore perchée sur la rue des Alpes) un bien curieux album de photos. Il était entassé parmi une pelletée de vieux documents dans la poubelle d’un garage désaffecté, aux abords du Pasquart. Le livre contenait de superbes photographies brunies, très vieilles mais étonnamment nettes. On y découvrait des Mongols à cheval, des yourtes, et, surtout, surtout, quelques scènes épatantes qui allaient faire frémir d’horreur tous mes camarades de classe: des décapitations de prisonniers, sans trucages «gore». Des images «interdites», crues, surgies d’un autre monde, presque d’un autre siècle, véritable pavé dans la mare des sages années cinquante, une provocation dans l’univers pasteurisé de notre petite adolescence. Les photos firent le tour de l’école.

Puis, bien des décennies et déménagements plus tard, ayant retrouvé cet objet de fantasmes juvéniles dans une malle à Lausanne, je finis par le confier au responsable de l’iconographie à la Cinémathèque suisse. J’étais loin de me douter que l’album en question était une rareté absolue, ne subsistant qu’à trois exemplaires au monde, et que, l’ayant identifié, Roland Cosandey allait y consacrer de savants paragraphes. Intitulé Le Bioscope avec l’Armée Russe en Mandchourie, l’ouvrage illustrait en effet des épisodes de la guerre russo-japonaise de 1904; l’Américain George Rogers était l’auteur aussi bien des photos que des reportages cinématographiques correspondants que le forain Hipleh-Walt projetait jadis dans le Seeland. Bref, j’avais agi en conservateur malgré moi, mises à part trois photos d’exécutions capitales qu’un camarade envieux m’avait subtilisées! J’étais encore plus loin de penser que j’allais un jour être appelé à succéder au Grand Timonier du Musée national du cinéma à la tête de cette même Cinémathèque où je passais, déjà, des journées entières à faire des recherches pour mes livres. Chargé, désormais, de conserver en connaissance de cause tout ce qui a trait à notre histoire et à notre culture audiovisuelles, il m’arrive parfois de rêver aux autres trésors d’Hipleh-Walt que contenait peut-être la poubelle miraculeuse du Pasquart, et que le bambin que j’étais abandonna à leur triste sort. Je me rassérène en pensant au sort de la bibliothèque d’Alexandrie…

Informations complémentaires

Poids 336 g
Dimensions 17 x 25 x 1 cm
Version

Sommaire

Hervé Dumont, directeur de la Cinémathèque suisse Avant-propos
Eric Sandmeier Promenade dans la Cinécollection William Piasio Au Musée Neuhaus à Bienne
Intervalles Préambule
Collectif Les premières images animées en Suisse
Roland Cosandey Edison à Bienne, 1895
Roland Cosandey Images de la guerre russo-japonaise
Jacques Lefert «Autour du lac de Bienne»
Roland Cosandey Mais où sont nos films naturistes des années 30?
Arthur Lory, traduction Renaud Moeschler Le clou du spectacle: les images animées
Rose-Marie Schmitter Le cinéma de La Neuveville
Roger Sassi / Véronique Bärfuss A vous, mes amies
Odile Brenzikofer Jaques Dutoit, homme de sens
Odile Brenzikofer Les salles urbaines, une liberté conditionnelle?
Alexandre Blanc et Marco Bakker Transformation du cinéma Royal à Tavannes
Françoise Beeler Eloge de la différence, Espace Noir à Saint-Imier
Sylvie Moeschler-Zaffaroni Regard en coulisse, le cinéma de La Neuveville
Christophe Winistorfer Le Cinoche, le cinéma de Moutier
Véronique Bärfuss Action-Culture à Malleray-Bévilard
Véronique Bärfuss Vers une collaboration régionale Tavannes – Tramelan

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.