UGS : 14 Catégorie : Étiquettes : ,

No 14 – Littérature V

CHF 8.00

Effacer

Description

De nouveau un numéro littéraire, dira-t-on peut-être à réception de ce quatorzième fascicule d’Intervalles, et si proche du précédent… Il est vrai que ce cahier aurait dû, selon nos plans, être voué à d’autres préoccupations: la présentation d’un village, Orvin, qui s’interroge sur la façon de concilier adaptation aux temps modernes et respect des héritages du passé.

Deux raisons majeures ont motivé ce changement d’objectif. D’abord le fait que l’élaboration technique des études sur Orvin, qui comportent une abondante documentation iconographique, requiert de plus longs délais que ceux que nous avions initialement prévus. D’autre part, nous avons reçu, ces derniers mois, tant de textes de plusieurs auteurs que nous ne pouvions envisager d’en reporter la publication – ce qui eût été le cas au vu de notre planification pour les deux années à venir – jusqu’en 1987 ou 1988 …

Considérant que les écrivains dont nous publions des textes ont été jusqu’ici, à quelques exceptions près, différents d’un fascicule à l’autre, d’aucuns s’étonneront que nous ne soyons pas encore à bout de ressources. Quel est donc le journaliste romand qui , se prétendant bien informé, affirmait, il y a quelques années, que la partie francophone du canton de Berne était actuellement dénuée d’expression littéraire? C’est peut-être le lieu de rappeler que, sans vouloir annexer qui que ce soit ni nous embarrasser de stériles limites, nos collaborateurs se recrutent aussi bien parmi des non-Jurassiens établis chez nous que parmi les auteurs natifs ou originaires de notre région qui vivent ailleurs. Mais le plus réjouissant, dans cette situation, est de constater que l’existence de notre revue a déjà suscité l’éveil de nouvelles vocations, ou tout au moins la possibilité d’en enregistrer les premières manifestations, et que son audience s’est à ce point confortée que certains de nos créateurs, au départ quelque peu réservés à juste titre quant aux chances de durée d’Intervalles, apportent maintenant leur caution à notre entreprise.

Autre motif de satisfaction: la diversité des thèmes et des domaines abordés dans les pages qui suivent. D’études critiques qui, par le mérite de Pierre-Olivier Walzer et de Jean-Claude Joye, ouvrent de vastes perspectives vers les horizons des lettres de France en différents siècles, nous passons, en compagnie de Maurice Born, à un essai sur les contradictions de l’idéologie politique au XXe siècle ou, grâce à Hughes Richard (que nous remercions cordialement d’avoir servi d’intermédiaire auprès de Mme Galley-Schüler, de Mexico, détentrice du Fonds Pierre Alin), à la découverte de textes et de dessins trop peu connus, voire inconnus, de l’auteur du Journal de César. Bernadette Richard, Amory Thomas-Jimeno et Hughes Richard mettent en jeu les riches ressources de l’art narratif en des tonalités qui vont d’un modernisme abrupt ou d’une tendresse meurtrie à la persistance, dans la mémoire et l’expérience vécue d’un enfant, de traits typiques d’une civilisation rurale aujourd’hui abolie. Quant à la poésie – que Pierre Chappuis et Eric Sandmeier y poursuivent une démarche dont nous connaissions déjà les prémices, qu’Alice Heinzelmann y revienne après un long silence, ou que François Malandreux (pseudonyme qui préserve un incognito volontaire) s’y astreigne à une contention du verbe inspirée de Mallarmé – , elle s’avère ici à la fois quête d’un monde intérieur plus ou moins exubérant ou dépouillé et exploration des pouvoirs inventifs du langage.

Puisse ce numéro, réalisé dans l’enthousiasme, susciter celui, approbateur et intéressé, de ses lecteurs!

Informations complémentaires

Poids 564 g
Dimensions 17 x 25 x 0.9 cm
Version

Sommaire

Jean-Claude Joye La redoutable modernité d’Horace
Pierre Alin Académies
Pierre Alin Vieux cahiers
Jean-Claude Joye Réflexions sur Premières Pages d’Yves Navarre
Pierre Chappuis La nuit moins profonde
Alice Heinzelmann Noces d’argent
Eric Sandmeier Suite amoureuse
Hugues Richard Moeurs singulières et espiègles d’une sorte de merle qui soit-disant nichait sous notre toit
Amory Thomas-Jimeno Coeur de pierre
Maurice Born Et quis custodiet custodes?
François Malandreux Six sonnets à Stéphane Mallarmé
Bernadette Richard La madone du vice
Pierre-Olivier Walzer Le professeur Mercanton, le général de Gaulle et l’empereur Napoléon

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.