UGS : 59 Catégorie : Étiquette :

No 59 – Anarchisme

épuisé

Rupture de stock

Description

Tout a commencé par un petit article du Journal du Jura qui rendait compte d’une interpellation d’un député au Grand Conseil bernois: qu’allait-on faire de la tombe de Bakounine? Nous nous sommes alors demandé qui connaissait encore Bakounine dans notre canton et ce qu’on savait des anarchistes… Bien sûr, la Fédération jurassienne est dans les mémoires de beaucoup, malgré le silence pesant qui a suivi sa disparition; son retentissement dépasse les frontières. Aujourd’hui, l’action très médiatisée d’un José Bové s’y réfère explicitement. Qu’en est-il vraiment?

C’est ainsi que nous avons proposé à des élèves suisses alémaniques de l’Ecole de Commerce de La Neuveville de se lancer dans la recherche pour apporter quelques réponses: que peut-on savoir ou découvrir de l’anarchisme quand on a dix-huit ans et que les cours d’histoire se limitent à une courte description des mouvements socialistes au xixe siècle? Les élèves ont relevé le défi et le résultat est dans cette revue, dans la partie Vous avez dit anarchisme?

La question sur la tombe de Bakounine – sauvée avant que nous n’ayons pu nous prononcer sur la validité de sa conservation! – nous a servi de fil rouge: nous voulions retrouver ce personnage qui, avec quelques autres témoins de la situation sociale de la fin du xixe, a marqué notre région, mais a surtout infléchi le mouvement socialiste dans une direction restée vivante alors que d’autres options ont été tristement dévergondées. Le passé n’était pourtant pas notre seul propos, l’histoire étant déjà racontée par ailleurs. C’est pourquoi, après ce rappel, nous nous sommes tournés vers des interrogations plus contemporaines: quelles sont les formes de l’anarchisme aujourd’hui? Le terme est employé, il faut le dire, à tort et à travers; mais par essence, l’appellation n’est pas protégée… Nous rendrons donc compte de quelques expériences actuelles, au travers desquelles les aspirations anarchistes continuent à se vivre au quotidien: lieux de mémoire ou de vie, coopératives autogérées, personnages. La question de la violence/non-violence est aussi abordée, car elle appartient à l’image attachée à l’anarchiste.

Cette approche, souvent impressionniste et forcément ponctuelle, se complète avec les résultats d’une enquête réalisée auprès de jeunes de quatre écoles de la région. Les étudiants ainsi questionnés témoignent de la relative obscurité dans laquelle l’anarchisme est relégué, mais ils s’expriment aussi sur les questions qui les préoccupent et les solutions qu’ils préconisent. Il nous semblait, en effet, que les problèmes auxquels se sont toujours confrontés les anarchistes, sont entrés dans une phase de conscience collective et que de nombreux mouvements de la base – mouvements «citoyens», par exemple – accompagnent ou relayent, avec des propositions différentes, la lutte menée par les anarchistes contre l’injustice, l’exclusion, l’exploitation de l’homme par l’homme et, surtout, pour la liberté…

Informations complémentaires

Poids 298 g
Dimensions 17 x 25 x 0.9 cm

Sommaire

Préambule
Vous avez dit anarchisme?
Un mot qui vient de loin
Violence ou non-violence
Les lieux de l’utopie
Structures libertaires ou la propagande par l’exemple
L’anarchisme sur la Toile
Les gens
L’anarchisme à dix-huit ans
Glossaire
Bibliographie
Illustrations et crédit photographique
Gueule de bois, une usurpation

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.