UGS : 64 Catégorie : Étiquettes : , ,

No 64 – Pacifisme(s)

CHF 20.00

Effacer

Description

Il y a cent ans, en 1902, le prix Nobel de la paix honorait deux collègues et amis, Albert Gobat et Elie Ducommun. Le premier est né dans le Jura bernois, le second y a vécu. Toute la région se mobilise pour commémorer l’événement. Au vu de la dimension que revêt désormais l’attribution annuelle du célèbre prix, on pourrait penser que les deux hommes figurent parmi les célébrités régionales. Or, il n’en est rien. Jusqu’à récemment, leurs noms étaient encore largement méconnus, voire inconnus, du grand public.

Certes, pour sa deuxième édition au tout début du 20e siècle, l’attribution de ce prix Nobel n’a pu être aussi médiatisée qu’elle l’est aujourd’hui. Par ailleurs, si l’Europe actuelle érige la paix en valeur universelle, il n’en a pas toujours été ainsi. En des temps pas si lointains, le soldat était un héros qui mourait au champ d’honneur. C’est alors qu’Albert Gobat, Elie Ducommun et bien d’autres présentés dans cet ouvrage osèrent dénoncer la folie guerrière.

La non-reconnaissance des promoteurs de la paix, même au sein de la région qui les a vus naître et agir, nous permet de mesurer le courage et l’audace de leur parcours. Et si la commémoration de l’attribution du prix Nobel de la paix à Albert Gobat et Elie Ducommun dans le Jura bernois devait prendre un sens, ce serait indiscutablement celui-là. L’anniversaire ne peut être prétexte à étalage de fierté quant aux qualités qu’ils auraient héritées de leur terre. Au contraire, l’occasion doit questionner. Nous pensons être trop petits, périphériques et impuissants pour agir contre ce qui ne se heurte souvent qu’à notre révolte passive. Albert Gobat, Elie Ducommun et les autres n’acceptaient eux aucune excuse à l’inaction.

Ils se sont dépensés sans compter en faveur de la paix. Pour quel résultat? Se seraient-ils découragés en assistant à la répétition des conflits? Rien n’est moins sûr. Puisque leur temps également était des plus perturbés; puisque, tant que la guerre ne sera pas morte, il y aura des raisons d’être pacifistes.

Si le passé, même récent, est souvent utilisé pour éclairer notre présent, à l’inverse le présent donne du sens au passé. Ainsi, les commémorations des actions pacifistes d’hier nous parlent de celles et ceux qui aujourd’hui les mettent en scène. Cent ans après, le regard porté sur Albert Gobat et Elie Ducommun est sans doute le reflet d’une soif d’idéaux, d’une volonté de moins d’impuissance face à ce qui choque dans la marche du monde. Nous nous plaisons à célébrer la mémoire d’Albert Gobat et d’Elie Ducommun, parce que leur invitation à l’ouverture et à la tolérance nous séduit. Osons le penser.

 

Informations complémentaires

Poids ND
Dimensions 17 x 25 x 1.3 cm
Version

, ,

Sommaire

M. LE CONSEILLER FÉDÉRAL JOSEPH DEISS Avant-Propos
MÉMOIRES D’ICI CENTRE DE RECHERCHE ET DE DOCUMENTATION DU JURA BERNOIS Préface
VERDIANA GROSSI Politiques de la paix en Suisse.
ROLAND STÄHLI La vie exemplaire d’Albert Gobat, Prix Nobel de la paix en 1902
RUEDI BRASSEL-MOSER (TRADUIT PAR ELIANE GERBER) Elie Ducommun – médiateur radical
STÉPHANIE LACHAT ET DOMINIQUE QUADRONI, MÉMOIRES D’ICI Marguerite Gobat: le pacifisme au féminin
CHRISTOPHE STAWARZ Anarchisme et pacifisme: la Fédération jurassienne (1871-1880), une autre vision de la paix internationale
Liste des auteur(e)s
ALINE HOURIET ET CATHERINE KRÜTTLI, MÉMOIRES D’ICI Promouvoir la paix: mise en affiches de l’idéal d’Albert Gobat et Elie Ducommun, lauréats du prix Nobel de la paix en 1902

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.