UGS : 71 Catégorie : Étiquettes : ,

No 71 – L’Histoire, c’est (aussi) nous

CHF 20.00

Effacer

Description

La période 1939-1945 a été passée sous la loupe, auscultée sous tous les angles et le comportement des autorités civiles et militaires disséqué par de nombreux historiens au cours des deux dernières décennies tout spécialement. Or, si certaines études et publications ont présenté des aperçus de la vie quotidienne des troupes mobilisées, peu nombreuses en revanche, sont celles qui ont donné la parole à de simples troupiers, en les invitant à «étaler» leurs souvenirs.

Intervalles n’a aucunement l’intention de réécrire l’histoire officielle, l’histoire politique, l’histoire militaire et encore moins l’histoire avec un grand H. Intervalles a simplement voulu donner la parole à des acteurs -bientôt oubliés – qui ont participé activement à la défense du terroir, celle qu’on ne se lasse jamais de se remémorer. Car l’évocation de cette période agitée, que les vieux troupiers n’ont pas oubliée, suscite des instants chargés d’émotion. L’histoire orale est une manière différente de relater des événements vécus, de présenter ce que l’être humain a ressenti.

Le monde a changé, et change à un rythme toujours plus accéléré. C’est pourquoi rappeler quelques témoignages d’une période qui s’estompe à l’horizon par des souvenirs personnels, peut apporter quelques renseignements absents des sources traditionnelles. Ces reflets d’une époque doivent bien sûr être replacés dans leur contexte historique. La mémoire n’est pas une représentation directe du passé. Elle est toujours une construction rétroactive, subjective et sélective, avec ses erreurs et ses déformations; il faut en être conscient.

Si le service militaire signifie privations et efforts, il peut apporter aussi la découverte d’autres horizons, des contacts humains bénéfiques, et la maîtrise de soi. Pourquoi inviter ces anciens soldats à témoigner, soixante ans après la fin des événements? Les souvenirs sont toujours précieux; ils peuvent être douloureux, pénibles, pesants. Mais ils peuvent se révéler indispensables pour recréer un lien entre les générations. Car l’histoire est une vérité chargée de futur.

D’autre part, il nous a semblé judicieux de compléter ces souvenirs par quelques témoignages féminins, qui rappellent le rôle important joué par les femmes à l’arrière.

En rappelant les souvenirs personnels d’une vingtaine d’anciens «moblards» d’horizons jurassiens divers, Intervalles n’a d’autres ambitions que d’apporter une pièce au puzzle de l’histoire de nos régions. Il s’agit avant tout de rendre hommage à tous ceux, dont les rangs s’éclaircissent chaque année, qui ont accompli leur devoir sans sourciller, sans être convaincus de leur vaillance ou des effets irrésistibles de notre neutralité.

Car il faut absolument faire parler les anciens; quand ils auront disparu, cela sera trop tard! Ils doivent entrer dans la légende comme passeurs de mémoire.

 

Informations complémentaires

Poids ND
Dimensions 17 x 25 x 0.9 cm
Version

, ,

Sommaire

INTERVALLES Préface
CLAUDE TORRACINTA, JOURNALISTE, DIRECTEUR DE L’INFORMATION À LA TÉLÉVISION SUISSE ROMANDE Introduction
ROLAND STÄHLI, HISTORIEN, TRAMELAN De la crise à la Mob
Marcel Berger, 1920
Jean Desboeuf, 1920
Madeleine Donzé, 1921
Jeanne Dubail, 1912
Henri-Louis Favre, 1920
Edy Giger, 1922
Jean Gigon, 1923
Henri Graf, 1920
Martin Grosjean, 1922
Jean Haas, 1922
Willy Houriet, 1917
Willy Imer, 1919
Anne-Marie Im Hof-Piguet, 1915
Jacob Lanz, 1917
Maurice Péquignot, 1918
Luc Schaffter, 1924
Ferdinand Schaller, 1916
Marcel Steudler, 1915
Fritz Tschannen, 1920
Roland Stähli, 1917
Automne 1944 – Aux confins de l’Ajoie

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Seulement les clients connectés ayant acheté ce produit peuvent laisser un avis.